Et si vous pouviez améliorer de beaucoup votre bien-être simplement en écoutant de la musique.

Et si nous révisions quelques petites notions de physique avant d’aborder l’épineux et si controversé sujet du la 432 ? Ne vous inquiétez pas, j’irai au plus simple, afin que les néophytes, et ceux que la physique rebute, puissent suivre l’article avec intérêt et sans décrocher.

Pour schématiser, nous dirons que le son est une onde (type sinusoïde) déclenchée par une vibration mécanique et on parlera de fréquence (en Hertz) pour définir le nombre de cycles par seconde de cette ondulation. 1 Hertz représentera donc 1 cycle par seconde. Plus il y aura de cycles, plus le son sera aigu. Ainsi, dans les basses fréquences on trouvera les sons graves, et dans les hautes les sons aigus.

Voilà, la révision est terminée ! Ce n’était pas si difficile, vous voyez !

Parlons maintenant d’accordage. Il existe un outil, le diapason, qui permet l’accord des instruments de musique. Il indique la fréquence d’une note référence à partir de laquelle, le musicien peut accorder son instrument. De nos jours, pour la musique occidentale, c’est le la 440 (440 Hertz).

Mais il n’en a pas toujours été ainsi de la hauteur tonale du diapason, elle a fluctué au fil des siècles, selon les instruments, les pays, les compositeurs, les normes, les technologies, et bien souvent de manière arbitraire.

En 1766, l’orgue Dubois de l’Abbatiale de Wissembourg, par exemple, était accordé au la 370, en 1879, les pianos Steinway USA, quant à eux,  étaient accordés  au la 457.

C’est seulement en 1953, à la conférence Internationale de Londres qu’il a été décidé d’adopter le diapason la 440. Cette norme a été validée par la suite par l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO) en 1975 (ISO 16).

Mais où est le problème, me direz vous ?

Et bien, d’après certaines personnes, parmi lesquelles des musicothérapeutes, des musiciens, mais aussi des chercheurs, le la 432 serait une fréquence naturelle comparée au la 440. Elle serait, au niveau vibratoire, en résonance, entre autre, avec le  cosmos, les éléments de la nature et les centres d’énergie de l’homme. Selon eux, le recours à la musique en la 432 favoriserait ainsi l’harmonisation du corps humain.

La musique en la 440, par opposition, serait génératrice de désordre psychique, comportemental, et à l’inverse, source d’agitation et d’inconfort.

Pour étayer cette théorie, de nombreuses expériences se sont appuyées sur la cymatique (visualisation des ondes sonores). Pour résumer, cela consiste le plus souvent (car je n’aborderai pas les fluides) à mettre en vibration une plaque métallique sur laquelle est disposé du sable et à constater la formation de figures géométriques.

Des essais ont ainsi été réalisés sur les fréquences 432 Hz et 440 Hz. J’ai pu en visionner quelques unes en me baladant sur le net et je dois reconnaître que les formes géométriques générées par du 432 Hz m’ont paru plus jolies, harmonieuses, et aux contours mieux définis, que celles générées par du 440 Hz.

Exemple d’expérience :

Maintenant, tout cela reste subjectif, comme ne manqueront pas de souligner les détracteurs du la 432, et ils auront certainement raison, car en cherchant bien, on ne trouve aucune preuve réellement scientifique de tout cela.

Mais la bataille autour des pros et antis 440 Hz ne s’arrête pas là. Chez les défenseurs du 432 Hz, une théorie aux senteurs de conspiration explique que les Nazis, sous l’impulsion de Gobbels, auraient abandonné le la 432 au profit du la 440 et imposé ce dernier au reste du monde, dans le but précis de contrôler les masses ; celle-ci souvent étayée par cette citation de Platon (La République) :

Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique.

Bien qu’intéressante, on s’aperçoit, après quelques recherches, que cette théorie reste fragile, ne s’appuyant sur aucun fait historique précis et relayant certaines inexactitudes. En effet, comme je l’ai mentionné plus haut, le diapason n’a jamais été fixé à 432 Hertz, puisqu’il a fluctué au fil des siècles, et bien avant le régime Nazi, le la 440 avait déjà été utilisé notamment au Scheibler congrès de Stuttgart en 1834, ou encore à Covent Garden en 1899.

Alors, pourquoi, depuis un an, ai-je pris le parti de composer au diapason 432 Hertz ?

Et bien, tout simplement après l’avoir expérimenté.

La MAO (Musique Assistée par Ordinateur) permet de nos jours d’élaborer des œuvres musicales au diapason de notre choix.

J’ai donc converti en 432 Hz un titre réalisé en 440 Hz puis comparé les deux versions.

Dans un premier temps, j’ai écouté le morceau en 440 Hz et je n’ai rien détecté de bien notable (après tout, la musique de notre quotidien est à ce diapason), puis celui en 432 Hz, j’ai senti alors une légère différence, mais vraiment infime, une sensation de douceur (forcément, car –8Hz, donc moins d’aigu). Mais, là où ma surprise fut grande, c’est lorsque je suis repassé de suite à la version 440 Hz, les sonorités m’ont paru presque stridentes, et mes oreilles comme agressées alors que cela m’avait échappé lors de la première écoute. Le passage au 432 Hz avait donc servi de révélateur.

Encore une fois, tout cela est subjectif. Je sais pertinemment qu’il s’agit de sensations tout à fait personnelles, et qu’on ne saurait affirmer qu’un diapason est meilleur qu’un autre.

Dans la vie de tous les jours lorsque je me questionne ou que je suis indécis à propos d’un sujet, j’ai l’habitude de faire appel à mon instinct, et celui-ci me dit aujourd’hui qu’il y a quelque chose de positif et d’intéressant à explorer la musique en la 432.

Et qui sait, dans un temps plus ou moins proche, la science apportera t-elle les réponses tant attendues en validant, ou pas, toutes ces spéculations ?

En attendant, pour ceux que ça intéresse, je vous invite à vous faire votre propre opinion avec ce test :

Le saviez-vous ?

Le champ auditif humain va de 20 Hz à 20000 Hz. Une multitude de fréquences échappent donc à notre ouïe. Par exemple, les éléphants peuvent communiquer entre eux jusqu’à des distances de 10 kilomètres grâce à l’émission d’infrasons (< 20 Hz), et les dauphins émettre des ultra-sons (> 20000 Hz) jusqu’à 200 000 hertz  pour analyser leur environnement

 

EnregistrerEnregistrer