Je me couche tôt même si comme tout le monde j’ai envie de traîner en fin de journée et de profiter de la soirée. Mais force est de constater que lorsque je ne respecte pas mes 8-9 heures de sommeil, je suis grognon, je prends de mauvaises décisions et finis par être malade au bout de quelques jours.

Et puis les visages cernés des adultes de mon entourage ou des gens que je croise dans la rue me confortent dans mes bonnes résolutions.

Souvent nous accordons au sommeil la portion qu’il reste après le travail, les obligations et les loisirs. Pourquoi dormir n’est-il pas une priorité alors que nous connaissons très bien les conséquences néfastes du manque de sommeil ?

Il est vrai que nous avons d’autres besoins physiologiques tout aussi importants. Nous savons par exemple que nous devons faire de l’exercice et changer ou améliorer notre régime alimentaire. Rien de bien insurmontable en somme, mais ça fait beaucoup de choses à la fois et ça demande de modifier en profondeur un quotidien qui est déjà compliqué et bien chargé.

De plus ces changements sont à mon sens difficiles à mettre en place parce que les priorités sont mal définies. Prenons l’exemple classique du régime. Est-ce une bonne idée de vous astreindre à de nouvelles habitudes et à des privations alors que vous ne dormez pas assez et que vous n’avez pas les idées assez claires pour faire les bons choix ? Comment exercer votre volonté lorsque vous peinez déjà à rester éveillé.e ? Peut-être faut-il avant toute chose avoir comme objectif premier de dormir suffisamment, instaurer des rituels de fin de journée apaisants et petit à petit allonger vos périodes de sommeil.

L’autre obstacle qui empêche d’agir est la pression sociale qui est très forte en ce domaine. Je dois bien avouer que même pour moi qui ait pourtant l’habitude d’agir à contre-courant, il n’est pas facile de dire que je me couche autour de 21h30, même si je trouve cela tout à fait normal.

Je devine tout de suite dans le regard de mon interlocuteur qu’il vient de me ranger directement dans sa boîte à personnes bizarres, marginales si ce n’est asociales. Certains éclatent même carrément de rire.

Mais n’oubliez pas que votre santé est précieuse et que le bien-être est la solution à bien des problèmes. Que se passerait-il si vous faisiez fi de la pression de votre entourage ? Si vous imposiez vos horaires ou lieu de subir ceux des personnes qui ne comptent pas tant que ça pour vous ? Quels bénéfices en tireriez-vous ?

Soyez les rebelles du 3ème millénaire ! Dormez !

Pour retrouver cet article facilement, conservez le sur Pinterest !